Les 100 premiers jours de Papa (1ere Partie)

Un peu à la manière des présidents de ce monde, on fait un bilan de tes 100 premiers jours dans tes nouvelles fonctions.

Sachant que notre petit bout de chou, ne fait pas encore de phrases claires et audibles, exceptés les « bouuuuuuuuhhh ». Son vocabulaire reste pour lui, quelque peu limité.

Par ce biais, je vais faire mon propre bilan. Dans le précédent article de VIE QUOTIDIENNE: VDP ou Vie de Papa, je vous faisais un peu de teasing.. C’était un peu comme l’apéro si vous préférez. Maintenant, après le trou normand (si besoin), voici le plat principal. Rentrons un peu plus en détail et voyons ce qui a pu changer la vie d’un Papa d’une ancienneté de 3 mois. (Oui bah je débute hein…).

le « A » collé dans le dos depuis le 24 Mai 2017, en tant qu' »apprenti » Papa, l’aventure est clairement magnifique, belle, formidable, et j’en passe et des pas mures.. Mais clairement, niveau sommeil, c’est vraiment pas un mythe, il s’est réellement barré! Avant quand je croisais des parents, j’avais aucune idée de ce qu’ils vivaient. Je posais toujours la même question, (parce que j’en avais pas d’autres surtout) « alors il/elle fait ses nuits? ». Et en me remémorant cette phrase lorsque je marchais à quatre heures du mat’ avec mon petit bout qui pleurait, je m’auto-insultais en fait. Non mais la question con quoi.                       *tape sur le front*

Mais bon il y a quand même des étapes. *index en l’air*

FIRST OF ALL: THE Accouchement. (tintintinnnnnnnnn! Suspense à deux balles)

Je vous passerai le détail du détail.. Avance rapide.Tu es dans les dernières minutes de l’accouchement, l’ultime poussée de ta femme, et là… ton cœur s’arrête quelques instants. Et là tu vois une sorte de gigot posé sur elle, qui hurle. Ça y est, il est là, il pleure, tout le monde pleure, de joie et de douleurs parce que bon.. c’est pas un simple éternuement non plus.

**D’ailleurs je tire mon chapeau à toutes les femmes qui ont subi un accouchement sans péridurale (alors que prévue, et qui apprennent que c’est trop tard, sur la table d’accouchement). En gros va falloir être forte dans la tête… et ailleurs aussi.**

La sage femme le récupère et me demande « vous voulez faire les premiers soins? ». J’accepte et l’aide à faire ses soins. Je l’habille. Non mais sans deconner, vous avez deja essayé d’habiller un petit poulet? C’était un peu pareil. J’avais l’impression d’avoir MC Hammer (vous googlerez),  avec des vêtements 3 fois trop grands. Mais que voulez-vous, si on avait su qu’il arriverait au monde (déjà en avance) avec 2,4kgs. Il est habillé et déjà trop beau. C’est à ce moment-là que s’installe l’objectivité subjective des parents.

« Vous voulez prendre votre fils? » dit d’une voix douce l’infirmière. Déjà que de base, je suis aussi à l’aise avec les bébés, qu’un poulet devant un couteau (oui j’aime le poulet).  T’as deux choix, soit tu dis « Non non ça ira, je passais par là, j’ai vu de la lumière je suis venu, je voulais juste assister à un accouchement, c’est bien chez vous en tout cas, vous avez du café? » soit tu dis (et tu as plutôt intérêt) « Oh absolument, oui oui ». Le second choix est la réponse attendue. Quand l’infirmière te pose ton enfant (non mais TON enfant quoi!) contre toi, pour faire le fameux « peau à peau », c’est le tout premier contact avec lui. Il ressent ta chaleur, les battements de ton cœur, entend ta voix, même si j’avais l’impression de jouer à 1,2,3 soleil, je n’osais ni bouger, ni parler. Un moment unique. Tu tiens dans tes mains, ton fils, celui qui va changer le reste de ta vie.

Que la vie de parents commence! *roulements de tambours, trompettes et tymbales*

SEGUNDO (Comme Compay):  Les couches et les soins

Dans cet élan de magie et de féerie, tu pensais pas que ton bébé allait lâcher un énorme caca noir mazouteux pour sa première (quel cadeau d’accueil). Le méco..quoi? ME-CO-NIUM hein.. Mettre des couches la première fois c’est comme essayer d’emballer un chat avec du papier cadeau. Ça bouge dans tous les sens, tu sais pas trop comment ça s’attache. Fier de ton oeuvre, tu le rhabilles, tu le prends et là « prrrrrrrtttttttt » remplissage de la couche (propre) en live! Allez on y retourne? Patience, patience. Cela dit, après toutes ces couches changées, comment tu maîtrises grave maintenant! #fierté. Tu te sens trop l’homme de la situation (oui on fait comme on peut). Mais bon il y a d’autres facettes que je qualifierai de plus humides. Ôter une coucher d’un bébé c’est un peu comme un jeu de grattage en fait, sauf que t’as un cadeau à la fin. Tu enlèves la couche, trop classe, »juste » un pipi. Tu fais le bonhomme tu commences à t’équiper pour le changer, tu te penches.. et là, tu sens un petit truc chaud sur ton tshirt, et humide. Tu tournes la tête et tu vois que ton bébé s’est transformé en « Pisseur fou ». Un de mes amis m’a toujours dit « tu verras les couches à 4h du mat’ c’est du Chanel! » Oui.. oui…certes. Mais ce sont des couches qui font quasi saigner du nez quand même. Après y’a des techniques: Quand ça sent la levure c’est caca, et quand ça sent la Chipster, c’est du pipi. Parole d’expert!

TROIZIO: Les repas.

Eh oui, c’est bien tout ça mais faut bien lui donner à manger à ce petit. Une fois l’allaitement terminé, place aux biberons et surtout à la recherche du lait « élu »! T’en testes un, puis deux, puis trois, et puis quatre, et enfin! BIM tu tombes sur le bon! Le lait épaissi! Anti-régurgitations! Merci à toi l’inventeur (si tu m’entends). Comment vous dire que l’étape du biberon avec les anciens laits étaient comme essayer de remplir une passoire? Il recrache, il bave, il vomit, pauvre petit chat. J’ai une pensée solennelle et sincère pour les nombreux bodys noyés, les bavoirs mouillés, les pantalons et les tshirts baptisés. Mais comment lui en vouloir.. il est si mignon. Et puis c’est pas de sa faute le pauvre.

Je vous épargne également la recherche du BON biberon, avec la BONNE tétine, qui a un BON débit, ni trop vite, ni trop lent. Trop vite, il recrache (plus vite), trop lent, il s’impatiente et hurle. Toute cette jolie scène, imaginez-la vers 3h du mat’ à la lueur de la veilleuse. Hey ça fait rêver non? Bah quoi?

QUATTRO (Oui comme l’Audi): Ses nuits, notre bataille (fonction aussi avec la version sieste)

Dormir: Verbe du 2e groupe: Action qui se transforme en concept parental. Période courte qui dure environ 2/3 heures entre chaque biberon (Existe en version complète avant la parentalité… et un peu après 2 mois du bébé.) Rassurez-vous! Un jour votre bébé dormira! Comme ça d’un coup d’un seul. Et il dormira 4 heures et puis 5, et puis 6,.. Mais ça ne veut pas dire que VOUS, vous dormirez. « Hey mon cœur tu veux pas aller voir s’il respire? », « Il est pas en dehors de sa gigoteuse? »… Et pleins d’autres questions comme ça. Toi qui en rêvait. Ça y est,maintenant il dort et ce plus de 10 heures. Et si ça existe, un jour. Pendant qu’il dort, comme un addict tu regardes ses photos de lui dans ton portable, et avec ta femme tu te remémores certains instants. Alors qu’il est dans la pièce d’à côté hein, mais non pas cette fois, ne le réveillons pas, le câlin spontané attendra quelques heures. D’ailleurs un bébé qui dort te permet de décupler ta souplesse en marchant « à pas de velours.. ». Mais s’il chouine et se réveille t’as perdu.

5e étape: L’abonnement chez le médecin

Ca on devrait nous le dire à la maternité, limite nous donner une carte de fidélité. D’un pet de travers, à un corps trop chaud en passant par les célèbres vaccins, tu passes forcément par la case médecin. Quand tu l’amènes en général il est tout calme, alors qu’avant c’était un volcan. On le pèse, il prend du poids et t’as l’impression d’avoir gagné un match. Trop contents, tout le monde se félicite. Mais avant de repartir, tu inondes le médecin de toutes les questions qui te sont passés par la tête. Si j’étais médecin et que je voyais des parents venir avec un petit carnet.. je commencerais par me préparer un long et fort café. Le médecin est à ce moment-là comme un membre de la famille (payant) car tous les sujets peuvent y passer. (De la texture du caca du bébé, au coup de fatigue mentale des parents,..) C’est un peu comme une carte chance en fait, mais remboursée par la sécu.

Et encore je vous ai pas parlé du premier voyage en TGV, ou bien comment secourir un pet coincé dans son petit bidou. La reprise du boulot, l’evolution de la vie sociale, l’alimentation chamboulée,… mais ça on je vous en parle (promis, promis) lors du prochain article!

 

 

 

 

 

 

Publicités

Auteur : dailyfreezy

Un blog, où on raconte tout ce que l'on sait, ses astuces, ses coups de mou, ses coups de gueule, sa vie (oui ici on peut). On peut être critique, mais aucun propos à caractère raciste, homophobe ou bien qui atteint l'intégrité d'une personne n'est toléré

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s